Bicykhmere

Et nous voila au Royaume du sourire. On s’en nourrit a chaque kilometre. Les enfants qui courrent sur le bord de la route pour nous saluer…

CohuD’ailleurs, il a bien fallu garder le sourire quand la douaniere de 50 ans nous a demandé, dans son tout petit bureau désuet, avec Luc si nous ne voulions pas changer de femme. Euhhh… Sourire, remercier, regarder du coin de l’oeil le passeport sur lequel le visa ne s’est pas encore abattu… Et puis finalement, alors que ce passage de frontiere de Ko Kong est réputé comme un des plus lourdement ‘backchiché”, on a meme réussi a négocier a la baisse le prix de notre visa et passer entre les mailles bien fines des différentes ‘taxes”. On a joué fin. De bon augure pour la suite de la course aux visas.

Nous voila donc a rouler a nouveau a droite (quand la route le permet). On a franchi les piémonts des Cardamones mountains ou la route est traversée par les éléphants et ou les forets abritent les derniers tigres d’Asie du Sud-Est.

Gilles, la moitié d'une vie sur un vélo a travers le mondePuis nous avons regagné la plaine et sa vie paysanne ou l’on séche le riz tout juste récolté et les poissons. On pédale dans un théatre vivant avec nos deux amis, Luc et Ingrid, auquel s’ajoute un autre cyclo, Gilles, qui compte 120 000 km a son compteur.

C’est donc en cyclo-franco-family que nous passerons Noel les pieds dans l’eau dans le petit village de pecheur ou le roi du Cambodge venait se reposer, Kep.

En ces fetes de Noel, nous pensons fort a vous tous et particulierement a nos familles. On vous embrasse.

Attention, poids lourds