Retour en urgence auprès des notres

L'Asie 24 Comments »

Tu es éternelle © A Tour de Roues

Retour brutal à Bangkok, en attendant un avion pour la France. Nous interrompons temporairement notre aventure pour être auprès de notre famille afin de partager une terrible peine.  Nous avons besoin de force et espérons reprendre notre voyage prochainement.

Angkor

L'Asie Comments Off

Après neuf mois de voyage, nous avons atteint Angkor, le joyau, la fierté de tout un peuple. Le plus vaste ensemble religieux de la planète, passé de l’hindouisme au bouddhisme. Sa splendeur actuelle en dit long sur son âge d’or, lorsque la cité abritait un million de personnes quand Londres n’en comptait que 50 000.  C’est d’ailleurs cette pression démographique et les problèmes liés à l’eau qui ont précipité la chute de cet empire plein de génie et jeté ses temples dans l’oubli et la jungle pour plusieurs siècles.

Un problème que l’on retrouve aujourd’hui mais dont aucun guide ne parle : avec plus d’un million et demi de touristes par an, la ville voisine de Siem Reap pollue les eaux du fleuve de tous ses égouts et assèche les nappes aquifères, rendant encore plus branlantes les fondations des temples. Angkor est de nouveau victime de son succès.

Mais voici cette merveille en images, avec bien plus à découvrir dans notre galerie. Nous reprenons la piste vers le nord et Along Veng, dernier bastion Khmer rouge aujourd’hui sous haute tension en raison d’un différend frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande. Aux dernières nouvelles ca devrait passer. Nous tenons à vous remercier pour tous vos messages qui nous touchent toujours beaucoup.

Angkor Wat, © A Tour de Roues

Meditations, © A Tour de Roues

IMG_4297 Bayon, © A Tour de Roues

Le vélo ca coupe les jambes, © A Tour de Roues Angkor Wat superstar, © A Tour de Roues Le vélo ca coupe les jambes © A Tour de Roues

Regard de pierre, © A Tour de Roues

10 000 km et des (tonnes de) poussières

L'Asie 4 Comments »

10 000 bornes avaléesPasage des 10 000 km avec des sourires d'enfants pour nous récompenser

Nous sommes à Batdambang, et on l’admet, on a mis le temps pour arriver là depuis notre départ de Phnom Penh le 2 janvier. Impossible de tout vous raconter, mais voici les grosses lignes de ces derniers jours.

Moine studieux

Il y a tout d’abord eu le passage des 10 000 km, un quart de révolution terrestre, mais une révolution toute entière pour nos compteurs qui passent à 5 chiffres. Seuls trois petits mômes jouant sur le bord de la route ont assisté incrédules à notre exposion de joie. 10 000 km, c’est un cap… pour sûr. Mais ne soyons pas trop poète pour cette fois : les 10 000 km c’est le cap des ennuis mécaniques. Du jeu dans la cassette, une dynamo hors d’usage, un roulement qui a de l’arthrose… De la mécanique en perspective, l’addition des pistes australiennes se paye aujourd’hui.

Ce cap franchi, une espèce d’ivresse vous prend : tant que ca roule, tout est permis, même se lancer sur les pires pistes du pays. Alors on a mis le cap sur le flanc Est des Cardamones pour les longer, traversant des campagnes où les gens estomaqués ne savaient plus s’ils avaient encore toute leur tête en nous voyant passer. Des rizières récoltées et des paysans grimpant aux cimes vertigineuses des palmiers à sucre pour y récolter le doux nectare. On a abandonné la carte, préférant la boussole, les sentiers et les indications des villageois. Le voyage prend ici tout son sens.

La famille RuandEt puis il y a eu une drôle de rencontre alors que nous retournions vers le bitume après avoir échoué sur une piste trop sableuse pour nos vélos. Trois vélos, dont un tandem et une cariole sur le bord de la route : voici la famille “Ruru” et leurs trois garçons dont le plus agé, Mael, a 10 ans. Des Bretons en tour du monde avec qui nous nous lancons à nouveau à l’assault d’une piste de sable avec franchissement de gués…  On roulera, on poussera, on s’enlisera et on finira par tout mettre sur un plateau de bambous propulsé sur des rails hors d’age par un moteur de tondeuse… 10 km sur ce minuscule train fou pour franchir une piste qui n’existe plus que sur les cartes. Nous atteindrons Battambang avec Nicolas, Christelle, Mael, Mathéo et Timothé qui batteront même leur record de distance quotidienne.

Et puis bien sûr, nous avons planté nos arbres près de Battambang, dans un temple qui jouxte une école. Et pour être fidèles à la région célèbre pour ses agrumes, nous avons planté des orangers qui feront sans doute des heureux.

Nos arbres chez les moinesIMG_3767

Le Nory, un mini train de bambous avec un moteur de tondeuse

LinkDock.com You found linkdock.com, so will your customers. It's a great label for your website and will help you define your identity on the Web.